Ma transition au véganisme

On m’a demandé de partager davantage mes expériences, alors je m’ouvre un peu à vous en vous racontant l’histoire de ma transition au véganisme (oui, ça été long!), comment je l’ai annoncé à mon entourage et les raisons pour lesquelles j’ai commencé à blogger!

531565_10150938225461277_1000813420_n.jpg

Enfance & Adolescence

1934656_62244626276_2865147_n (2).jpg

J'ai toujours adoré les animaux, c'est ma plus grande passion! Enfant, j’avais un chat, puis 5 hamsters se sont succédés et plusieurs poissons aussi. Je crois que j’ai le record de longévité de mon dernier hamster : 3 ans et demi! Il est décédé d’une tumeur au ventre. Ma famille a ensuite adopté l’amour de ma vie : Nougat! J’avais 10 ans…

Plus jeune, je sauvais les bibites dans la piscine à l’aide d’un filet et je les aidais à voler. C’est aussi avec méticulosité que je me suis toujours appliquée à faire le tri de mon bac à recyclage. L’environnement occupait (et occupe toujours) une grande place dans mon cœur et dans la majorité de mes projets d’école.

Être végé? Nonnnn jamais, « j'aime trop la viande, je pourrais jamais être végé ». Ma sœur, elle, était « végé ». Elle mangeait du tofu de là son surnom Tofu, j’aimais tant la niaiser!


Jeune adulte

J’étais à un superbowl entre amis. Février 2014, j’ai 20 ans. Mon copain du moment servait à manger : des hamburgers (entre autres). C’est vraiment ce plat qui m’a marqué, car l’une de ses amis a dit : « Je ne mange pas de hamburger, je suis végétarienne ». Et là, faut que je vous dise, je l’ai VRAIMENT jugée. Elle se pense supérieure ou quoi? Être végétarienne, pffffff!

En y repensant, j’ai réalisé que ce n’est pas elle que je jugeais, mais plutôt moi-même. Car j’étais extrêmement jalouse de ne pas être capable de faire ce qu’elle faisait, soit suivre ses valeurs. Car on se rappelle qu’à ce moment, je vis un grand conflit de valeurs, sans m’en rendre compte : celui d’aimer (tous) les animaux, mais de les manger (et donc être la cause de leur mort).

Jour après jour, la culpabilité a commencé à me ronger, je vous jure! Le superbowl c’est en février, et j’ai annoncé à ma mère et mon copain que je voulais commencer à manger plus de plats végés, on devait être en mars. Eh oui, je n’ai pas commencé en disant, « je deviens végétarienne », oh non! Car je partais de loin! 5 verres de lait par jour, mes repas favoris étaient le rosbif et les hamburgers. Je n'avais jamais mangé de légumineuses, je trouvais ça dégueu, ni de tofu! Ma famille aime me rappeler que je mangeais tellement de viande que j'en ai probablement consommé assez pour toute une vie. J'ai donc été végé-curieuse, puis flexitarienne (végé à la maison, mais pas à l’extérieur), pesco-végétarienne puis végétarienne, en tout pour 3 ans. Puis, j’ai emménagé avec mon copain du moment. Un an plus tard, à l’été 2017, on a décidé, chacun de notre côté, de devenir végane. Je dis chacun de notre côté, car on ne s’en parlait pas, mais aucun des deux n’achetait de produit animal. À un souper de famille, ma sœur lui a demandé s’il était vegan et c’est là que les deux, on a appris qu’on avait chacun pris cette même décision. Assez cocasse, et très bizarre à raconter!

Pourquoi sommes-nous devenus véganes? En grande partie pour des raisons écologiques, après avoir écouté Cowspiracy (disponible sur Netflix).

Pourquoi suis-je restée végane? Je crois beaucoup trop à la cause des animaux et je suis une environnementaliste au cœur. De plus, je me sens physiquement beaucoup mieux depuis que j’ai arrêté la viande et les produits laitiers. Mes maux de ventre que j’avais pratiquement après chaque souper (constitué de viande) ou les maux de cœur après avoir mangé du fromage (je pense que c’était le foie qui ne le prenait pas) ont arrêté. Plusieurs gens ressentent aussi être plus légers après avoir mangé un repas végane, ce que je constate aussi!

55615870_2139936532761606_6781241640800485376_n.jpg

Le blog

À l’été 2017, je deviens végane et j’étudie pour mon gros examen comptable sur 3 jours, l’EFC (les CPA vont se reconnaître!). Par la suite, je commence à travailler au privé, pour un gros cabinet en audit… Je n’aime vraiment pas ma job, on travaille des heures de fou, je ne vois plus aucun purpose à ma vie. Sérieusement. Je déprime.

En même temps, étant dans le milieu de la comptabilité, je suis pas mal la seule végane… Alors les gens me demandent souvent des recettes. Donc à Noël 2017, je me suis dit: pourquoi pas commencer un blog et comme ça, toutes mes recettes seront à la même place! Bref, ça m'a permis de passer à travers des mois difficiles au travail, car ça a redonné de la valeur à ma vie.

Le blog a commencé et j’aime l’impact que ça peut avoir sur la vie des gens et surtout sur notre planète! Je me dis que plus on en parle, plus on répand le mouvement végane et mieux la planète va aller. C’est ce qui me pousse à persévérer. Car non, je n’ai plus cet emploi en cabinet, mais je continue à avoir un emploi à temps plein, en plus du blog, de mon implication bénévole dans les Jeunes CPA ainsi que dans l’Association végétarienne de Montréal. Alors des fois, ça devient overwhelming.

J’espère que mon cheminement va vous aider avec le vôtre, mais aussi à être plus indulgents avec les omnis. Car on n’a pas tous la même éducation, on ne part pas tous de la même place et on n’a pas tous le même entourage.



Comment l’annoncer

J’avais très très peur d’annoncer que j’étais végé, puis végane. En fait, je ne crois pas l’avoir vraiment annoncé à personne. J’ai plus commencé à dire je ne mange plus de si ou de ça, de façon très flexitarienne, c’est-à-dire en faisant des exceptions pour ce que je trouvais le moins pire (ex : des œufs plutôt que du fromage). Quand j’ai parti mon blog, nul besoin d’annoncer à quiconque que j’étais végane, le blog le disait!

Pourquoi est-ce que ça fait si peur? Car on se sent jugé. On se sent jugé par les omnis qui ne comprennent pas nécessairement pourquoi on fait ça et qui nous font des blagues de bacon ou les plantes aussi ressentent la douleur. Puis quand on fait des exceptions, on se fait aussi juger par ses omnis qui nous disent que dans le fond, on n’est pas des vrais véganes. Et les vegans, eux aussi vont nous dire la même chose si l’on fait une exception. Mais moi je continue à dire qu’on est végane pour soi et que c’est nous-mêmes qui faisons nos propres règles (allez voir mon article pour une transition facile & durable).



Les recettes qui m’ont aidée

Pour ceux qui n’aiment pas les pois chiches : https://www.yourweirdveganfriend.com/blogfr/cari-de-pois-chiches-aux-arachides

Pour ceux qui n’aiment pas les lentilles : https://www.yourweirdveganfriend.com/blogfr/soupe-aux-lentilles

Pour ceux qui n’aiment pas les haricots : https://www.yourweirdveganfriend.com/blogfr/chili-rapide-meilleur

Pour ceux qui n’aiment pas le tofu : https://www.yourweirdveganfriend.com/blogfr/tofu-general-tao-le-meilleur

Pour ceux qui ne peuvent pas se passer de pâtes crémeuses : https://www.yourweirdveganfriend.com/blogfr/pates-cremeuses-aux-saucisses-gusta

Pour ceux qui veulent une vraie sauce à spag bolognaise : https://www.yourweirdveganfriend.com/blogfr/sauce-spaghetti-bolognaise

Pour ceux qui veulent une vraie bonne salade-repas rapide : https://www.yourweirdveganfriend.com/blogfr/salade-de-legumineuses-pommes-et-canneberges



N’hésitez pas à me proposer d’autres sujets d’articles!

Mieux-vivreSaraComment